Cryptes et hantise dans la littérature de l’Océan Indien

Brigitte Cassirame

Mercredi 14 février 2018, par André Robèr // Méné

9791091435543 22€

Cet essai se propose d’interroger la notion de la culpabilité à travers les formes psychiques et les supports externes et réels qu’elle emprunte, traduction d’une insoutenable nostalgie. A la lumière des théories des psychanalystes Nicolas Abraham et Maria Torok, théoriciens de la notion de cryptophorie, il s’agit de mettre au jour les mécanismes intrapsychiques des phénomènes de hantise, tout en se fondant sur l’apport textanalytique de Jean-Bellemin Noël. Cinq oeuvres de la littérature indiaocéanique retiennent notre attention : le recueil poétique Shemin galé, Shemin maniok de Carpanin Marimoutou (Île-de-la-Réunion), deux nouvelles de l’Inde du Nord, Les rats de Bhabendra Nath Saikia et Initiation de U.R. Anantamurthy, une nouvelle de Jean William Cally Un rat sous la peau (Île-de-la-Réunion), extraite du recueil Le chien de cannes, enfin le roman de Natacha Appanah Le dernier frère (Île Maurice).Ces cinq articles se donnent pour objectif d’explorer le vaste continent noir de la cryptophorie de personnages, hantés par des morts qui n’ont pas dit leurs derniers mots.
Brigitte Cassirame, Pr.Ag à L’Université de la Réunion. Titulaire d’un Doctorat de Sémiologie du texte et de l’image, obtenu à L’Université Paris VII Denis Diderot, sous la direction de Julia Kristéva en 2002. Auteur d’ouvrages à orientation psychanalytique. Spécialiste de l’oeuvre de Marguerite Duras.

Répondre à cet article